lundi 31 août 2009

Tué par balle à Lovell

Les registres de la paroisse Saint-Pierre de La Patrie pour le 4 avril 1906 font état de l'acte de sépulture suivant :

«S-7 Vincent Guillaume

Le quatre avril, mil neuf cent six, nous soussigné, curé de cette paroisse, avons inhumé, dans le cimetière Saint-Pierre de cette paroisse, le corps de Guillaume Vincent, peintre, tué par une balle, le trente-un de mars dernier, à Lowell, Etat du Massachusetts, un des Etats unis d'Amérique, époux de Alphonsine Brault, âgé de trente huit ans. Témoins F. X. Vincent, Henri Vincent, Georges Vincent, Isaïe Beaudry, tous soussignés, et grand nombre de parents et d'amis, dont quelques uns ont signé avec nous. Lecture faite.
F.X. Vincent Henry Vincent George Vincent Thomas Vincent Arthur Brault Théode Chailler François Roy Isaie Beaudry N.A. Gariépy ptre
».

L'émigration de nombreux Québécois aux États-Unis n'a pas été un paradis pour tous comme l'illustre cet acte. Des vérifications notamment dans les journaux américains seraient utiles pour préciser les circonstances de cette mort tragique.


[Summary :

The church record for the burying of a man shooted to death in Lowell and buried in La Patrie, Québec]

dimanche 30 août 2009

Tué accidentellement par un arbre

Les registres de la paroisse La Patrie pour le 28 mars 1871 font état de l'acte de sépulture suivant :


«S. 1 David Pepin

Le 28 mars 1871nous prêtre missionnaire soussigné avons inhumé dans le cimetière de cette mission le cours de David Pepin époux de Marie Anne Lacroix de cette mission tué accidentellement par un arbre à Ditton le 25 dernier à l'âge de 47 ans . Etaint présents Augustin Durocher et Antoine Jolicoeur qui n'ont su signer.
P.E. Gendreau ptre
».

Des dates ou l'âge écrits en chiffres ne se rencontrent pas fréquemment dans les registres de l'état civil.


[Summary :

The church record for the burying of a man killed by the fall of a tree in La Patrie, Québec.]

samedi 29 août 2009

La rubrique Activités a disparu

Depuis peu, le site de la Fédération québécoise des sociétés de généalogie (FQSG) compte une rubrique de moins; en effet, la rubrique Activités n'y figure plus.

Cette modification été faite sans publicité et en douce comme il est loisible et facile de le faire sur un site Internet. On retrouvait là le texte du rapport annuel de la FQSG.

Pour une organisation, le contenu du rapport annuel permet de faire l'état des lieux de ses activités et projets et constitue souvent la pièce maîtresse de la reddition de comptes. Un tel document s'adresse avant tout aux membres et est également requis par les organismes subventionnaires.

Faire disparaître une telle rubrique sur un site n'est pas une opération neutre. Dans le cas d'un organisme qui se décrit et se targue d'être un organisme phare, une telle façon de faire a de quoi étonner.

Pour sûr, la présence d'une telle rubrique n'a pas d'influence notable sur la fréquentation d'un site. Sur le fond par ailleurs, elle reflète en partie la philosophie de gestion qui anime une organisation; elle traduit notamment ses valeurs au plan de la responsabilité et de la transparence. À cet effet, le phare ne brille pas très intensément maintenant à la FQSG et les sociétés membres ont de quoi s'interroger et peut-être s'inquiéter.


[Summary :

A disappeared field on the website of the Fédération québécoise des sociétés de généalogie.]

vendredi 28 août 2009

Décédé au Michigan et inhumé à Lac Etchemin

Les registres de la paroisse Sainte-Germaine du Lac Etchemin pour le 29 février 1884 font état de l'acte de sépulture suivant :


«S. 1 Eusèbe Gagnon

Le vingt neuf fevrier mil huit cent quatre vingt quatre, nous, prêtre, curé, soussigné, avons inhumé dans le cimetière de cette paroisse, le corps d'Eusèbe Gagnon, décédé le vingt cinq dans l'Etat du Michigan, fils légitime de Pierre Gagnon, cultivateur, et d'Angèle Laflamme de cette paroisse. Furent presents à l'inhumation Louis Jacques, et Etienne Samson qui ont déclaré ne savoir signer. Lecture faite.
Fortunat L. Pelletier ptre
».

Il n'est pas rare de rencontrer dans les registres de l'état civil des cas comme celui-ci où une personne décédée aux États-Unis soit inhumée au Québec.

Curieusement, ce décès n'est pas inscrit dans la base de données Michigan Deaths 1867-1897 disponible sur le site FamilySearch.

[Summary :
The church record for a young man died in Michigan and buried in Lac Etchemin, Québec.]

jeudi 27 août 2009

Angèle-Eulalie Cayouette

Les registres de la paroisse Sainte-Claire pour le 25 août 1842 font état de son acte de baptême :

«Le vingt cinq août mil huit cent quarante deux nous prêtre soussigné avons baptisé Angèle Eulalie née la veille du légitime mariage de Just Caillouëtte cultivateur du lieu et de Angélique Chagué. Parrain Just Caillouëtte, marraine Angèle Chabot sousignés ainsi que le père.
Juste Cayouette Angèle Chabot Juste Cayouette J.Ch. Lefrançois Pres
».

Le 10 janvier 1876, elle se marie dans cette même paroisse avec Joseph-Gédéon Cinq-Mars, fils de Pierre Cinq-Mars et de Marie-Marguerite Fournier.

Le 9 septembre 1929, elle décède à Saint-Boniface au Manitoba et est inhumée le 10 à l'âge de 86 ans.

[Summary :

The information about Angèle-Eulalie Cayouette.]

mercredi 26 août 2009

Un nom de ville répandu, Springfield

Les registres de la paroisse Sainte-Germaine de Lac Etchemin pour le 10 janvier 1884 font état du mariage suivant :

«M. 1 Benoni Chamberland et Desmerises Fournier

Le dix janvier mil huit cent quatre vingt quatre, vu la publication au prône de notre messe paroissiale de la promesse de mariage entre Benoni Chamberland, domicilié à Springfield, Etats-Unis, fils majeur de feu Alexis Chamberland, et de Céleste Harnois, de cette paroisse, d'une part, et Desmerises Fournier, domiciliée en cette paroisse, fille majeure de Theodore Fournier, cultivateur, et de Emelie Lapointe de cette paroisse d'autre part, vu la dispense de publication de deux bans accordée par Sa Grandeur Monseigneur E. A. Taschereau Archevêque de Québec par lettre à nous adressée en date du cinq janvier courant, vu qu'il ne s'était découvert aucun empêchement au dit mariage, nous, prêtre, curé soussigné, avons reçu leur mutuel consentement de mariage et leur avons donné la bénédiction nuptiale en présence de Théodore Fournier, père de l'épouse, d'Alexis Chamberland, frère de l'époux, et de plusieurs autres, dont quelques uns ont signé avec nous, ainsi que les époux. Lecture faite.
Belonnie Chamberland D Fournier B. Lapierre Onés. Gagnon Fortunat
L. Pelletier ptre
»

La mention que l'époux réside aux États-Unis est utile. Par ailleurs, il faudra déterminer précisément dans quel état. En effet, 22 états possèdent une ville appelée Springfield.

Noter le prénom peu fréquent de l'épouse et les deux variations de celui de l'époux, Benoni et Belonnie.


[Summary :
The church record for a marriage in Lac Etchemin, Québec.]

mardi 25 août 2009

Se faire casser la tête à Québec

Les registres de la paroisse Notre-Dame de Québec pour le 24 juillet 1751 font état de l'acte de sépulture suivant :

« +
Le vingt quatre de juillet mil sept cent cinquante un a été inhumé dans le cimetière de cette paroisse Pierre Vitand? dit Laviolette, soldat de la Compagne de Sabrevois, agé de vingt et un ans, auquel on a cassé la tête le même jour par ordre du Conseil de guerre; étaient présents à linhumation Guillaume Taphorin et plusieurs soldats.
Lamig ptre
»


À noter que, dans cet acte, le mot «tranché» a été biffé pour être remplacé par «cassé», ce qui aurait eu la même conséquence pour ce soldat.

Une façon particulière de rendre la justice militaire et une pratique qui n'a plus cours de nos jours.

[Summary:
The church record for the burying of a soldier in Québec, Québec.]

lundi 24 août 2009

De la nation des Folles-Avoines

Les registres de la paroisse Notre-Dame de Montréal pour le 27 juillet 1748 font état de l'acte de sépulture suivant :


«S une sauvagesse

Le vingt septième juillet mil sept cent quarante huit, je prêtre missre soussigné ai inhumé dans le cimetière des pauvres le corps d'une sauvagesse de la nation des folles avoines agée d'environ quatre ans, baptisée par mr ? prêtre decedée du jour
d'hier. Ont été temoins mr Gladel prêtre et pierre le compte qui ont signé.
Gladel ms pierre comte Breuil ptre
».

Les indiens de la nation des Folles-Avoines [ou les Maloumines, ou les Ménominis] font partie de la famille linguistique algonquienne et demeuraient à l'ouest de la baie des Puants [aujourd'hui Green Bay au Wisconsin]. Ils se nourrissaient notamment d'une espèce de grain qui ressemble à l'avoine, dont on fait le même usage que le riz et qui croît naturellement dans les marais. Ils ont souvent servi les intérêts français au temps de la Nouvelle-France.


[Summary :
The church record for the burying of an indian girl in Montréal, Québec.]

dimanche 23 août 2009

Une information rare et recherchée

Les registres de la paroisse Saint-Marcellin de Les Escoumins pour le 26 décembre 1907 font état de l'acte de sépulture suivant :


«S. 18 Marie Truchon

Le vingt six décembre mil neuf cent sept, nous, soussigné curé de cette paroisse, avons inhumé dans ce cimetière le corps de Marie Truchon, décédée le vingt trois du présent, âgée de seize ans, fille légitime de feu Charles Truchon et de feu Pauline Bouchard et fille adoptive de Joseph St-Hilaire et de Hélène Truchon de cette paroisse. Étaient présent à l'inhumation Alexandre Boucher, Jean Bouliane, et plusieurs autres parents et amis dont quelques uns ont signé avec nous. Lecture
faite.
Arthur Rousseau Charles st Onge E Boily pre
».

La quête d'informations sur les cas d'adoption constitue une entreprise difficile et semée d'embûches. Trouver l'information pertinente dans un acte comme dans le présent cas est très rare.


[Summary :
The church record for the burying of a girl in Les Escoumins, Québec.]

samedi 22 août 2009

Joseph-Élie Cayouette

Les registres de la paroisse Sainte-Claire pour le 6 août 1836 font état de son acte de baptême :

«Le six août mil huit cent trente six, nous avons baptisé Joseph Elie né ce jour du légitime mariage de Juste Caillouette cultivateur du lieu et de Angélique Chagué. Parrain Elie Dupuis, marraine Theotiste Laverdiere qui ont déclaré ne savoir
signer.
J. Ch. Lefrançois ptre
».

Le 8 février 1864, il se marie dans cette même paroisse avec Marie-Salomée (Salomé) Richard, fille de Pierre Richard et de Marie-Louise Chouinard.


Les registres de la paroisse Saint-Jeanne d'Arc de Clerval pour le 25 mai 1923 font état de son acte de sépulture :

«S. 1 Elie Cayouette

Le vingt cinq mai mil neuf cent vingt trois, nous soussigné, prêtre desservant, avons inhumé dans le cimetière de cette paroisse le corps de Elie Cayouette décédé le vingt trois courant à l'âge de quatre vingt six ans époux de Marie Salomé Richard. Le défunt a reçu les derniers sacrements avant de mourir. Étaient présents Émile Cayouette, Rosario, Paul, Félix, Claire Cayouette aussi plusieurs autres ont signé avec nous.
J-Emile Cayouette Egide Roy Paul Cayouette Félix Cayouette Rosario Cayouette Lucien Cayouette Claire Cayouette Alfred Pronovost ? Cossette Joseph Ouellette R Lacombe ptre
»

Il est alors âgé de 86 ans et 9 mois.


[Summary :

The information about Joseph-Élie Cayouette.]

vendredi 21 août 2009

Trouvé mort gelé sur le chemin de Sainte-Foy

Les registres de la paroisse Notre-Dame de Québec pour le 14 février 1757 font état de l'acte de sépulture suivant :

« +

Le quatorze fevrier mil sept cent cinquante sept a été inhumé Dominique Papillon fils de feu Etienne Papillon de la paroisse de Neuville de la Pointe au Tremble agé de seixe ans environ trouvé mort et gelé sur le chemin de Ste. Foy le jour précédent étaient présents Jean Vallée Guillaume Taphorin? et autres.
Vivien vicaire
».


[Summary :

The church record for the burying of a man frozen to death in Québec, Québec.]

jeudi 20 août 2009

Un prisonnier anglais est inhumé à Québec

Les registres de la paroisse Notre-Dame de Québec pour le 5 avril 1757 font état de l'acte de sépulture suivant :

«+

Le cinq avril mil sept cent cinquante sept, a été inhumé Denis Roch, décédé le jour precédent, muni de l'extreme onction, lequel était prisonnier anglois. etait present à l'inhumation Jean Vallée guillaume taforin? et plusieurs autres
Collet vic
.».

Noter que l'information est succincte. Dans ce même registre et pour d'autres actes similaires, le nom du prisonnier n'est pas fourni; par ailleus, son abjuration est notée, le cas échéant.


[Summary :

The church record for the burying of a prisoner in Québec, Québec.]

mercredi 19 août 2009

Frappé d'un boulet

Les registres de la paroisse Notre-Dame de Québec pour le 17 juillet 1759 font état de l'acte de sépulture suivant :

«+

Le dix sept juillet mil sept cent cinquante neuf par nous prêtre vicaire soussigné a été inhumé le Sr Nicolas Marchand négociant, frappé d'un boulet sous le siège. Es mort de sa blessure le dit jour. Etaient présentes plusieurs religieuses hospitalieres.
Collet ch vic
».

Dans la marge, on peut lire l'annotation suivante :

«Na il a été inhumé, ainsi que le suivant, au faubourg S. Jean proche l'hopital ambulant qui a été préparé en premier lieu dans la maison de francois Fournoy.».


Les tirs d'obus lors du siège de Québec ont provoqué des décès et la mise en place de dispositions particulières comme en fait foi le texte de cet acte.


[Summary :

The church record for the burying of a man in Québec, Québec.]

mardi 18 août 2009

Une note dans le registre

Les registres de la paroisse Saint-Joachim de Montmorency en août 1759 font état de la note suivante :

«N. B.

Il n'y a rien dans les archives de St-Joachim qui indique que des registres aient été tenus dans cette paroisse depuis le 16 janvier 1758 jusqu'au 4 octobre 1759 . Cependant, tout indique le contraire, puisque Monsieur Portneuf a continué à y exercer les fonctions curiales jusqu'au 23 août 1759, jour où il a été massacré par les Anglais, étant à la tête des paroissiens de St-Joachim pour les défendre contre les incursions et les brutalités que les ennemis y faisait, ainsi qu'en fait foi l'acte de sa sépulture à Ste-Anne, le 26 août 1759.
Jos. G. McCrea ptre
».

La rédaction d'une telle note témoigne d'un réel souci de bien tenir les registres. Sur un autre plan, il est à souligner que ce curé n'a pas hésité à prendre la tête de ses paroissiens pour assurer leur défense.


[Summary :

An historical note in the church records of Saint-Joachim de Montmorency, Québec.]

lundi 17 août 2009

Jean-Évangéliste Cayouette

Les registres de la paroisse Sainte-Claire pour le 14 février 1835 font état de son acte de baptême :

«Le quatorze février mil huit cent trente cinq nous avons baptisé Jean né ce jour du légitime mariage de Juste Caillouette cultivateur du lieu et de Angélique Chagué. Parrain Romain Caillouette, soussigné, marraine Scholastique Morin qui a déclaré ne savoir signer.
Romain Caillouette Juste Cayouette J. Ch. Lefrançois ptre
».

Le 18 juillet 1859, il se marie à Sainte-Claire avec Marie-Philomème Richard, fille de Pierre Richard et de Marie-Louise Chouinard.

Les registres de cette même paroisse pour le 27 décembre 1916 font état de son acte de sépulture :

«S. 28 Jean Evangéliste Cayouette 82 ans

Le vingt-sept décembre mil neuf cent seize, nous prêtre curé soussigné avons inhumé dans le cimetière de cette paroisse, le corps de Evangéliste Cayouette, rentier, veuf de Philomène Richard, décédé le vingt-quatre du courant, âgé de quatre vingt deux ans. Présents : Léo Cayouette, Alphonse Cayouette et Fénélon Cayouette, fils du défunt, soussignés, et plusieurs parents et amis. Lecture faite.
JRA Cayouette ptre curé à St-Mathieu de Rimouski J. Léo Cayouette JA Cayouette F. Cayouette C.A. Cayouette J. Emile Cayouette
F.X. Chabot Alph Nicole Alphonse ? GE Dussautlt P. E. Rouleau N.P. Alphonse Fortier Lévis Chabot Loseph Chouinard Alphonse Langlois J. ? Langlois ptre Hilaire Chouinard, ptre Ernest Lemieux ptre Pierre A. Dion ptre curé de St-Nazaire J. E Pelletier pcuré de Rimouski J.H. Fréchette ptre
».


Noter que l'âge indiqué dans l'acte est erroné puisque le défunt est alors âgé de 80 ans et 10 mois.


[Summary :


The information about Jean-Évangéliste Cayouette.]

dimanche 16 août 2009

Originaire de la Suisse

Les registres de Saint-Pierre les Becquets pour le 22 octobre 1900 font état de l'acte de sépulture suivant :

«S. 45 Gasser Elisabeth

Le vingt deux octobre 1900, nous, prêtre curé soussigné, avons inhumé dans le cimetiere de cette paroisse le corps de Elisabeth Gasser, originaire de la Suisse, servante depuis quarante cinq ans chez Dame Elie Godin, de cette paroisse, décédée le dix neuf de ce mois à l'âge de quatre-vingt un ans. Présents à l'inhumation Thomas Philips et Thomas Charland soussignés avec nous. Lecture faite.
Henri G Pepin Thomas Charland ? Thomas Phillips Dr. D.E. Archambault François Dionne Jos. Lavallée N. P. Eugène Dionne P.A. Gouin Ptre curé
».
La composition de la population du Québec n'a jamais été totalement homogène comme en fait foi la présence de cette servante dans cette paroisse.

Sur un autre plan, la présence de dignitaires (notaire, médecin...) qui ont signé au bas de cet acte de sépulture est peut-être liée à la maîtresse de maison, identifiée ici par le nom de son mari...


[Summary :
The church record for the burying of a woman in Saint-Pierre les Becquets, Québec.]

samedi 15 août 2009

Et maintenant domicilié à Manchester

Les registres de la paroisse Saint-Pierre les Becquets pour le 3 août 1891 font état de l'acte de baptême suivant :


«B. 39 Elodie Corinne Lefebvre Manchester.

Le trois août mil huit cent quatre vingt onze, nous, curé soussigné, avons baptisé Elodie Corinne née la veille, fille légitime de Geoffrey Lefebvre, autrefois de Ste-Sophie de Lévrard ,et maintenant domicilié à Manchester, Etat-Uni de New Hampshire, et d'Alvina Belair son épouse. Parrain Noe Pepin cultivateur de cette paroisse; marraine, Delphine Jacques, son épouse et grand'-mère de l'enfant lesquels ont déclaré ne savoir signer; lecture faite. Le père absent.
Chs Z Garceau ptre curé
».

Un aspect méconnu de la migration de Québécois aux États-Unis tient au fait que, dans certaines familles, seuls certains partaient, laissant derrière eux le reste de la famille. La situation décrite dans cet acte de baptême en fournit un bel exemple.


[Summary :
The church record for the baptism of a girl in Saint-Pierre les Becquets, Québec.]

vendredi 14 août 2009

Un mariage légalisé à Marieville

Les registres de l'église baptiste française évangélique de Marieville pour le 21 décembre 1853 font état de l'acte de mariage suivant :

«Mariage de R. B. McGinnis et de S. C. Flowers 21 Dbre. 1853.

Richard Brohead McGinnis, demeurant a St Jean de Dorchester Comté de Chambly, et Sarah Celeste Flowers, de la même localité, ont légalisé leur mariage, devant moi, soussigné, le vint et unième jour du mois de décembre de l'an mil huit cent cinquante trois, par license du gouvernement.
RB M Ginnnis Aarah Celeste Flowers Louis Roussy
».

Noter :
- l'information minimale sur les époux; le recours à d'autres documents sera requis pour les identifier correctement
- la mention d'une licence de mariage
- le libellé laconique du texte de cet acte de mariage.


[Summary :

the church record for a marriage by licence in Marieville, Québec.]

jeudi 13 août 2009

Un enfant trouvé au pignon d'une grange

Les registres de la paroisse Très Sainte Trinité de Contrecoeur pour le 17 octobre 1738 font état de l'acte de baptême suivant :

«B
L'an mil sept cent trente huit le dix septiesme jour du mois d'octobre par nous soussigné prestre a eté baptisé sous condition un enfant trouvé au pignon de la grange de joseph bonin dont on ne connoist ny le pere ny la merre le parrain a eté noel provost ? et la marraine marie Anne bonin qui lui ont donné le nom de Joseph et ont declaré ne scavoir signer de ce enquis suivant l'ordonnance ainsy signé
chardon pre
».


De tout temps, des enfants ont été abandonnés à leur naissance comme en fait foi cet acte de baptême.


[Summary :

The church record for the baptism of an abandoned boy in Contrecoeur, Québec.]

mercredi 12 août 2009

Marie-Émilie Cayouette

Les registres de la paroisse de Sainte-Claire pour le 16 août 1833 font état de son acte de baptême :

«Le seize août mil huit cent trente trois, nous avons baptisé Marie Emilie née ce jour du légitime mariage de Juste Caillouëtte cultivateur du lieu et de Angélique Chagué. Parrain Michel Audet dit Lapointe, marraine Marie Josephte Grenier qui ont déclaré ne savoir signer. Père présent.
Juste Cayouette J. Ph. Lefrancois ptre
».

Le 25 mai 1853, elle se marie à Sainte-Claire avec Ludger Richard, fils de Pierre Richard et de Marie-Louise Richard.

Elle décède le 4 novembre 1869 et sera inhumée dans cette même paroisse le 7 à l'âge de trente six ans et 2 mois :

«Le sept novembre mil huit cent soixante et neuf, nous Prêtre soussigné avons inhumé dans le cimetière de cette paroisse le corps de Marie Emilie Cayouette épouse de Ludger Richard, ouvrier, décédée le quatre âgée de trente trois ans [de cette paroisse]. Furent présens Jean Vermette, Cyrile Goulet, et plusieurs autre qui n'ont su signer.
F. Buteau Ptre
».


[Summary :

The information about Marie-Émilie Cayouette.]

mardi 11 août 2009

Décédé cette nuit

Les registres de la paroisse Très Sainte-Trinité de Contrecoeur pour le 31 juillet 1741 font état de l'acte de sépulture suivant :


«+ francois Lebeau

Le dernier jour de juillet de l'année mil sept cent quarante et un par nous soussigné prestre a été inhumé dans le cimetierre de cette paroisse francois fils de René Lebeau decedé cette nuit agé de quatre jours present à lad. inhumation mathieu coittou et jacque emmery? qui ont declaré ne savoir signer de ce enquis.
Chardon ptre
».

Décéder cette nuit est une expression quelque peu imprécise. Si le décès survient avant minuit, il s'agit de la veille, dans le cas contraire, il s'agit de la même journée.

Noter la façon particulière d'indiquer la date de l'inhumation.


[Summary :

The church record for the burying of a boy in Contrecoeur, Québec.]

lundi 10 août 2009

Des jumeaux ondoyés à cause du mauvais temps

Les registres de la paroisse Saint-Charles sur Richelieu pour le 19 janvier 1742 font état de l'acte de baptême suivant :


«L'an mil sept cent quarante deux le dix neuf janvier ont été supplées les cérémonies du baptême à Jean Baptiste et Jean Marie enfants jumeaux nés d'hier du légitime mariage de Jean Loüis Bougret et Margurerite Chicoine lesquels enfants avaient été baptisés à la maison par nous prêtre soussigné faisant les fonctions curiales en la paroisse de St Charles à raison du mauvais temps. Le parrain de Jean Baptiste a été jean Baptiste Beaudry et la marraine Marie Madeleine Aubuchon,, le parrain de Jean Marie a été Jean Marie Rancin et la marraine Marieanne Pion lesquels ont déclaré ne savoir signer. ont signé avec nous Jean Baptiste Beaudry et Marie Madeleine Aubuchon.
B B mari madeleine aubuchon Gervaise ptre
».

Règle générale, l'ondoiement est réalisé en cas de danger de mort d'un enfant, ce qui n'est pas le cas ici. Noter qu'un des parrains n'a pas signé mais a uniquement apposé ses initiales au bas de l'acte.


[Summary :
The church record for the baptism of twins boy in Saint-Charles sur Richelieu, Québec.]

dimanche 9 août 2009

Empoisonné

Les registres de la paroisse Saint-Louis de Lotbinière pour le 1er mai 1758 font état de l'acte de sépulture suivant :


«S 5 sepult. de Joseph Tousignan

L'an mil sept cent cinquante huit le premier jour du mois de may est décédé Joseph Tousignan agé d'environ douze ans pour s'estre innocemment empoisonné et estre decedé sans pouvoir recevoir aucun sacrement avoir été confessé depuis peu son corps a été inhumé le deuxième du courant dans le cimetière de cette paroisse avec les ceremonies accoutumées présence de Srs Loüis Portelance et Pierre Augé temoins
qui ont declarés ne scavoir escrire en foy de quoi jay signé.
Petit ptre
».

À noter dans le texte de cet acte : la raison peu fréquente du décès [empoisonnement] et la mention que cet enfant s'était confessé depuis peu, un élément important pour un prêtre officiant catholique.


[Summary :

The church record for the burying of a young boy in Lotbinière, Québec.]

samedi 8 août 2009

Le bonhomme est inhumé à 105 ans

Les registres de la paroisse Saint-Louis de Terrebonne pour le 25 avril 1748 font état de l'acte de sépulture suivant :

«Ent du b.homme Maugé

Lan mil sept cent quarante huit le vingt cinq avril a été inhumé dans le cimetière de cette paroisse le bonhomme Mogé habitant de la Cote St Francois en ? jours muni des sacrements de l'Eglise agé de cent cinq ans personne n'a pu me dire le nom de
son épouse en presence de Pierre Parie et de ? qui ont déclaré ne savoir signer.
denault ptre
».

Mourir plus que centenaire présente quelques inconvénients dont celui pour les personnes autour de ne pas connaître le nom de son épouse. Noter les deux variantes du patronyme.


[Summary :

The church record for the burying of a man in Terrebonne, Québec.]

vendredi 7 août 2009

Célestin-Philippe Cayouette

Les registres de la paroisse Sainte-Claire pour le 6 août 1832 font état de son acte de baptême :

«Le six août mil huit cent trente deux, nous avons baptisé Philippe Célestin né hier du légitime marriage de Juste Caillouette cultivateur du lieu et de Angélique Chagué. Parrain Louis Laplante qui a déclaré ne savoir signer, marraine Françoise Boudreault soussignée. Le père présent.
Françoise Boudreault Juste Cayouette J. Ch. Lefrançois ptre
».

Le 27 novembre 1855, il se marie à Saint-Elzéar (Beauce) avec Rose-Délima (Rose de Lima) Ouellet, fille de Joseph Ouellet et de Marguerite Marcoux.

Les registres de la paroisse Saint-Patrice de Tingwick pour le 27 octobre 1879 font état de son acte de sépulture :

«Le vingt sept octobre, mil huit cent soixante dix neuf nous prêtre soussigné avons inhumé dans le cimetière de cette paroisse le corps de Philippe Cayouette, cultivateur décédé l'avant veille, âgé de quarante sept ans, époux légitime de Rose de Lima Ouellet de cette paroisse. Furent présents Joseph St. Hilaire et Philéas Sévigny qui n'ont pu signer.
B.C. Bochet ptre
».



[Summary :

The information about Célestin-Philippe Cayouette.]

jeudi 6 août 2009

Arrivé dernièrement des États-Unis

Les registres de la paroisse Saint-Pierre les Becquets pour le 16 septembre 1890 font état de l'acte de mariage suivant :


«M. 5 Achilles Nault & M. Lauda Nault

Le seize septembre mil huit cent quatre-vingt-dix, vû la publication d'un ban de mariage faite au prône de notre messe paroissiale, le dimanche précédent, entre Achilles Nault voyageur arrivé dernièrement de Escabana, Etats-Unis de Michigan, fils majeur d'Augustin Nault cultivateur et d'Emmélie Nault de la paroisse de Ste-Sophie de Lévrard, d'une part; et Marie Lauda Nault fille mineure de Zéphirin Nault cultivateur et de Poméla Paris, de cette paroisse, d'autre part; vû aussi les dispenses des deux autres bans et de trois empêchements de consanguinité, savoir un empêchement double du quatrième au quatrième degré, un empêchement double du
troisième degré au troisième degré, enfin un autre empêchement double du second au troisième degré, lesquelles dispenses ayant été accordées par le Très Révérend Philippe Hyppolite Suzor Vicaire-Général de Monseigneur l'Evêque de Nicolet, en date du onze courant, nous curé soussigné, avons reçu sans opposition et du consentement du père de l'épouse leur mutuel consentement de mariage et leur avons donné la bénédiction nuptiale en présence du dit Augustin Nault qui, ainsi que l'époux, a déclaré ne savoir signer, et du dit Zéphirin Nault qui, ainsi que l'épouse et quelques parents et amis, a signé avec nous; lecture faite.
Lauda Nault Zéphire Nault Georgina Nault Ludger Lefebvre Evariste Nault Anny Carignan Chas G. Garceau ptre curé
».

Le fait que l'époux arrive des États-Unis pour se marier est une situation qui se rencontre parfois dans d'autres registres. Il s'agit là d'une autre facette de l'important mouvement d'immigration de Québécois en direction des États-Unis.

Dans ce cas-ci, les liens de parenté sont fort entre les époux comme en témoigne le nombre de dispenses requises.


Enfin, noter le qualificatif «voyageur» attribué à l'époux et qui ici a un sens différent du début de la Colonie où l'on qualifiait ainsi ceux qui faisait la traite des fourrures.


[Summary :

The church record for a marriage in Saint-Pierre les Becquets, Québec.]

mercredi 5 août 2009

L'inhumation d'un étranger

Les registres de la paroisse Saint-Louis de Lotbinière pour le 27 juin 1772 font état de l'acte de sépulture suivant :


« + Sepulture du nommé Oul, etranger passant qu'on dit être fils de Oulian Colin et de Marie Anne Chevalé

L'an mil sept cent soixante douze le vingt sept juin par nous ptre soussigné faisant les fonctions curiales dans la paroisse de St. Louis de Lotbinière a été inhumé dans le cimetière de la susdite paroisse avec les ceremonies prescrites par notre mere ste eglise Oul, décédé d'hier agé de vingt jours ou environ qu'on dit ètre le fils d'Ouliain ? Colin et de Marie Anne Chevalé étrangers passants à Lotbinière les jours et an que dessus present la mere susdite Francois Lemay et Gabriel Tousignant lesquels excepté le dit Lemay qui a signé avec nous ont déclaré ne sçavoir signer de ce enquis lecture faite suivant l'ordonnance.
François Lemay fils J. Bpt. Gatien ptre
».

Le libellé de cet acte illustre bien le sens du terme étranger à cette époque, soit celle d'une personne qui ne fait pas partie de la communauté locale que forme la paroisse.

Noter la mention de la présence de la mère à l'inhumation et l'absence de mention du père, une situation peu fréquente.


[Summary :

The church record for the burying of a boy in Saint-Louis de Lotbinière, Québec.]

mardi 4 août 2009

Adèle Martineau est connue sous le prénom de Délia

Les registres de la paroisse Saint-Mathias pour le 9 avril 1871 font état de l'acte de baptême suivant :


«B. 10 Adèle Martinault

Le neuf avril mil huit cent soixante et onze, nous prêtre curé soussigné, avons baptisé Adele née aujourd'hui du légitime mariage de Narcisse Martineau cultivateur et de Marie Decelles de cette paroisse. Parrain Edmond Desroches, marraine Aurélie Desroches qui ainsi que le père n'ont su signer.
J. Hardy ptre
».

Sur une feuille volante collée dans la seule copie religieuse du registre, on retrouve la note suivante :

«Délia Martineau.
9 avril 1871

père : Narcisse Martineau
mère : Marie Decelles
parrain Edmond Desroches
marraine Aurélie Desroches
Adèle est le nom au baptême, mais elle n'est connue que par le nom de Délia
J. H. ptre
».


Une telle annotation n'est pas requise selon les prescriptions du Rituel. Par ailleurs, elle constitue une indication fort utile pour le chercheur, particulièrement pour la rédaction d'une histoire de famille.

Noter la graphie différente du patronyme dans l'acte et dans la note.


[Summary :

The church record for the baptism of a girl in Saint-Mathias, Québec.]

lundi 3 août 2009

Les associés de la Croix

Les registres de la paroisse Sainte-Madeleine du Cap-de-la-Madeleine en décembre 1850 font état de la note suivante :



«+ Ce signe désignera les associés de la Croix, établis dans cette paroisse par le Grand vicaire Mailloux.
n.K.
».

Cette note est placée entre l'acte de baptême de Marie Joseph Rocheleau daté du 10 décembre 1850 et l'acte de sépulture de Charles Moreau daté du 14 décembre 1850. Ces deux actes sont les deux premiers qui affichent ce signe dans la marge.

Le sens de cette expression nous est fourni par la consultation de cet ouvrage dont un exemplaire peut être consulté en ligne sur le Portail de BAnQ :


Alexis Mailloux
L'ivrognerie est l'oeuvre du démon mais la sainte tempérance de la croix est l'oeuvre de Dieu / hommage d'un dévouement profond offert aux associés de la croix
Québec, Typographie d'Augustin Côté et cie, 1867, 440 p.

On y apprend notamment que le nom exact est «Les associés de la sainte tempérance de la Croix». On plonge alors dans la campagne contre l'ivrognerie qui fait sévit dans la population et dont un des signes les plus visibles est la croix noire de la tempérance. De ce point de vue, le registre de l'état civil devient ainsi indirectement un témoin de la vie sociale de la paroisse.

Noter que N.K. sont les initiales du curé Nap. Kéroack.


[Summary :

The church record for an annotation in Cap-de-la-Madeleine, Québec.]

dimanche 2 août 2009

Joseph-Onésime Cayouette

Les registres de la paroisse Ste-Claire pour le 5 juin 1830 font état de son acte de baptême :

«Le cinq juin mil huit cent trente nous avons baptisé Onésime né aujourd'hui du légitime mariage de Juste Caillouette maitre charpentier du lieu et de Angélique Chagué. Parrain Joseph Chagué; marraine Victoire Guérette qui ont déclaré ne savoir signer. Le père présent a signé.
Juste Cayouette J. Ch. Lefrançois ptre
».

Le 29 septembre 1851, il se marie à Skowhegan (Maine; Somerset County) avec Marie (Mary) (Dupuis dit) Gilbert, fille d'Abraham Gilbert et de Salomée Morin.

Le 21 juin 1907, il meurt à Skowhegan (Maine; Somerset County) et est inhumé le 23 à l'âge de 77 ans.


[Summary :

The information about Joseph-Onésime Cayouette.]

samedi 1 août 2009

Un registre reconstitué

Les registres de la paroisse Sainte-Madeleine du Cap-de-la-Madeleine pour le 13 août 1748 font état de l'information suivante:


«Vu et examiné le présent registre et tous les précédents que nous avons trouvés très mal en ordre, déchirés et perdus. Avons ordonné au Sieur Missionnaire, conformément à l'Arrest du Conseil supr de Quebec, de faire tout à son possible pour recueillir et a ranger les Registres de ses prédécesseurs, en faire une copie exacte le plus promptement qu'il luy sera possible pour être fournie au greffe dont il prendra recepisse et de faire approuver ceux qui ont été faits par les curés au plustot de les faire viser par Mrs les juges en l'état qu'ils sont pour qu'ils puissent faire foy en justice; et de fournier à l'avenir exactement copie d'iceux année par année au moins six semaines après le premier Jour de l'an, suivant l'Ordonnance sous les peines qui échéent, et de se conformer entièrement au Rituel de Quebec pour la forme des enrégistratures et réparer le passé au besoin sous les mêmes peines.
Donné au cours de notre visite le treize aoust 1748, voulant aussi et ordonnant que les présents registres soient proprement couverts et entretenus pour les conserver suivant le dit Arrest et Ordonnance et Statut.
De La Villangevin vic. gen
.».


Ce document est instructif à divers titres :


- la description de l'état lamentable de la tenue des registres dans cette paroisse à cette époque
- l'importance des mesures prises à la demande du vicaire général en vue de remédier à la situation
- la reconstitution du registres produira des effets intéressants pour la recherche
en mettant en relief diverses situations telles l'absence d'actes, des disparités entre la copie civile et religieuse, la présence de doublons... sans compter des actes beaucoup plus faciles à lire.


[Summary :
The church record for the restauration of some church records in Cap-de-la-Madeleine, Québec.]